Supplémentation Vitamines et minéraux

Niacine: où en trouver et comment l'utiliser

Niacine: où en trouver et comment l'utiliser

par in Supplémentation - Vitamines et minéraux

dernière modification: 21/11/2016

  français change italiano english français español


La Niacine (acidum nicotinicum) est également connue sous le nom de vitamine PP (pellagra preventive) ou de vitamine B3 : où en trouver et quels sont les fonctions et bénéfices qu'elle peut apporter?

Le terme de niacine (acidum nicotinicum, vitamine PP, pellagra preventive ou encore vitamine B3) désigne l'acide pyridyl-β-carboxylique (acide nicotinique) et ses dérivés qui présentent l'activité biologique de la nicotinamide.

L'acide nicotinique se trouve dans les végétaux et la nicotinamide peut être décelée dans les tissus animaux. Les principales sources alimentaires de niacine sont variées : parmi les bons porteurs, on trouve les céréales, en particulier les céréales complètes, les légumes secs, les viandes, les œufs, les produits de la mer et les abats.

 

L'acide nicotinique dans les tissus peut être synthétisé à partir du tryptophane, un acide aminé essentiel (introduit rigoureusement par l'alimentation), à l'aide des kynurenines et l'acide quinolinique. (Même les bactéries intestinales peuvent contribuer à ce processus de conversion métabolique, en utilisant le tryptophane).

Il faut 60 mg de tryptophane pour obtenir 1 mg d'acide nicotinique. Cela peut en partie compenser un faible apport éventuel en vitamine PP, bien que cela ne semble pas suffisant pour éliminer complètement cet élément de notre alimentation.

L'acide nicotinique et la nicotinamide sont absorbés dans l'estomac et l'intestin de deux façons différentes selon leur concentration :

  1. par un mécanisme de transport dépendant du sodium, en cas de faible concentration de la vitamine

  2. par un mécanisme passif, en cas de concentration élevée. Dans l'organisme, l'acide nicotinique est converti en nicotinamide. Dans le foie, les deux éléments sont métabolisés en pyridone (N-méthyl-2-pyridone-5-carboxamide) et en N-méthyl-nicotinamide, qui sont ensuite excrétés dans l'urine.
    Niacine (B3)

Formes biologiquement actives de la niacine

La niacine présente deux formes biologiquement actives qui agissent toutes deux en tant que coenzymes :

1 - Nicotinamide adénine dinucléotide (NAD)

Le NAD est synthétisé dans l'organisme par trois voies différentes, impliquant respectivement l'acide nicotinique, le nicotinamide et l'acide quinolinique.

2 - Nicotinamide adénine dinucléotide phosphate (NADP)

Le NADP est obtenu par le lien entre un groupe phosphate et le groupe OH du NAD.

 

Le NAD et le NADP sont tous deux impliqués dans de multiples réactions d'oxydoréduction, appartenant à des voies anaboliques ou cataboliques, et jouent le rôle d'accepteur de l'ion hydrure (H-), dérivé de processus catalysés par une classe particulière d'enzymes appelées déshydrogénases pyridiniques.

L'ion hydrure se positionne sur le groupe C4 de la nicotinamide. Puisque ces réactions sont réversibles et dépendantes du pH, le NADH et le NADPH peuvent donc être oxydés en fonction des besoins.

On retrouve des carences en vitamine PP chez les personnes qui prennent cette dernière ou le tryptophane en quantité insuffisante. La pellagre est une manifestation d'un apport en niacine insuffisant : elle se distingue d'abord par des problèmes gastro-intestinaux, auxquels peut s'ajouter une dermatite photosensible. Elle s'accompagne aussi généralement de troubles mentaux, notamment fatigue, dépression et troubles de la mémoire.

 

Étant donné que le tryptophane peut agir comme précurseur de l'acide nicotinique, les deux sont généralement nécessaires à l'organisme, qui nécessite un apport régulier en niacine.

Dose recommandée :

En général, la dose recommandée est de 13 mg pour un adulte consommant environ 2000 kcal par jour et de 20 mg pour ceux qui en consomment environ 3000. La prise d'acide nicotinique à dose élevée (1,5 à 3 g/jour) peut permettre de réduire le taux de cholestérol LDL et de triglycérides plasmatiques (par inhibition de la lipolyse hépatique) et d'augmenter dans le même temps le taux de cholestérol HDL.

Les principaux effets secondaires (dont certains font partie des effets recherchés par les bodybuilder) pouvant survenir sont des effets vasodilatateurs, mais également des bouffées vasomotrices, érythèmes, prurits, douleurs épigastriques, nausées, maux de tête et diarrhées (bien évidemment, les bodybuilders recherchent l'effet vasodilatateur).

 

Mon expérience avec ce complément me conduit à conseiller de l'utiliser environ 30 minutes avant une séance d'entraînement et de déterminer la posologie adaptée selon ses besoins. Il est difficile de le trouver en comprimés avec une concentration inférieure à 50 mg, on peut donc commencer par le choix le plus simple, en essayant tous les 4 ou 5 jours (voire chaque semaine) d'augmenter la dose de 50 mg (rappelez-vous qu'il s'agit de vitamines produites artificiellement et que leur absorption est réduite par rapport à celle des aliments), et ainsi de suite jusqu'à ce que vous trouviez une dose qui vous permette d'exploiter pleinement la pompe due à la niacine, sans quoi vous pourriez subir des effets secondaires (je me sentais très bien avec 150 mg, mais cela ne signifie pas que vous puissiez absorber plus de 50 mg directement).

Je rappelle qu'il ne s'agit là que de simples recommandations et qu'il est toujours bon avant d'utiliser certains types de compléments alimentaires de consulter un professionnel, que ce soit un médecin ou un nutritionniste.

Articles suggérés:

Ménopause : symptômes, risques et prévention

La ménopause représente une période complexe dans la vie d'une femme. Une période physiologique difficile, à affronter non seulement d'un point… en lire plus

Enzymes digestives: que sont-elles et où sont-elles

De l'importance fondamentale du microbiote intestinal pour l'ensemble de la santé est souvent mis en cause le manque d'enzymes digestives, dont… en lire plus

Antioxydants: leurs caractéristiques et leur role

La fonction des anti-oxydants est d'empêcher ou de contrôler les processus d'oxydation, d'où le préfixe "anti" ou "contre" de ce terme. L'oxydation… en lire plus