Entraînements Techniques de entraînement

Entorse ou élongation? Comment les reconnaître et les soigner

Entorse ou élongation? Comment les reconnaître et les soigner

par in Entraînements - Techniques de entraînement

dernière modification: 29/11/2016

  français change italiano english français español


La différence entre foulure, ou entorse, et élongation. Comment éviter des lésions à notre corps et comment nous guérir par l'alimentation et les prescriptions.

Qu'est-ce que c'est ?

Bien que la plupart des gens ait été victimes au moins une fois dans leur vie d'une foulure ou d'une élongation, peu connaissent la différence entre ces deux types de traumatismes. L'élongation est généralement définie comme une « déchirure musculaire » et, comme son nom l'indique, elle se produit lorsque le muscle est sursollicité pour cause de surpoids ou d'exercice physique excessif. Dans ce cas, vous pouvez être confronté à des spasmes, des contractures ou des gonflements des fibres musculaires lésées. L'élongation musculaire peut produire des élancements douloureux lorsque vous essayez d'utiliser le muscle ou un endolorissement sourd et lancinant dans la zone touchée. En cas de contractures ou de spasmes, la douleur peut être constante et intense. Les symptômes les plus graves associés à l'élongation disparaissent au bout d'une semaine, mais parfois, ils laissent une légère souffrance qui peut durer jusqu'à un mois.

    Les foulures, contrairement à ce que pensent beaucoup de personnes, ne sont pas la conséquence d'un traumatisme musculaire. En fait, dans ce cas, la lésion touche le ligament, c'est-à-dire la bande de tissu conjonctif fibreux qui relie l'os à la capsule articulaire. Lorsqu'un ligament est sursollicité, il peut se déchirer ou s'allonger outre mesure et, au moment du traumatisme, vous pouvez même entendre distinctement le bruit produit par la lacération. Il n'est donc pas surprenant que la foulure provoque une douleur immédiate et forte et, sitôt passé le premier choc de la douleur, le gonflement, l'endolorissement et la sensibilité aux extrémités apparaissent. Dans la plupart des cas, la charge de poids sur l'articulation touchée est exclue. Avec un traitement approprié, le gonflement disparaît après une semaine environ, mais la douleur peut se prolonger sur plusieurs semaines et généralement l'articulation reste raide pendant plusieurs mois.

   La plupart des élongations et des foulures répondent bien au repos et aux soins à domicile, cependant il est bon de contrôler attentivement tous les signes pouvant nécessiter une intervention médicale. Si la douleur est insupportable et si vous ne pouvez pas bouger l'articulation, il est possible que l'os soit fracturé. Dans ce cas, plutôt que de retourner au lit, vous devez contacter votre médecin ou les secours. D'autres signes à surveiller sont la coloration bleuâtre de l'articulation ou des œdèmes particulièrement importants qui ne se réduisent pas sous quelques jours.

Réduire les risques

Bien que les foulures et les élongations soient des événements assez communs, vous pouvez réduire le risque de lésions des muscles ou des ligaments. Tout d'abord, il convient de faire de l'exercice physique régulièrement: les personnes qui n'utilisent pas leurs muscles et leurs os régulièrement sont beaucoup plus sujettes aux traumatismes. Ensuite, il est essentiel d'échauffer vos muscles avant de commencer une activité physique en faisant des étirements et en commençant par des mouvements mesurés. Enfin, il faut toujours utiliser le bon sens : ne pas soulever d'objets trop lourds pour soi et ne pas prendre part à des activités qui peuvent provoquer des traumatismes.

Symptômes de l'élongation

  • Élancements douloureux lors de l'utilisation du muscle
  • Endolorissement sourd et lancinant au repos
  • Spasmes musculaires ou contractures
  • Gonflement

Symptômes de la foulure

  • Douleur extrêmement aiguë au moment du traumatisme qui passe ensuite à l'endolorissement
  • Gonflement
  • Coloration bleuâtre de l'articulation touchée (signe de foulure grave)

Causes principales

  • Sursollicitation des muscles ou des ligaments, généralement après avoir soulevé des poids excessifs, après un exercice physique intense ou un accident.
  • Déséquilibre entre les muscles antagonistes
  • Carences nutritionnelles rendant plus vulnérables aux traumatismes

Mesures d'urgence pour les foulures et les élongations

Lorsque vous suspectez une élongation ou une foulure, il est important d'agir rapidement. Les techniques simples de premiers secours décrites ci-dessous, si elles sont appliquées immédiatement après le traumatisme, permettent une guérison plus rapide et peuvent réduire considérablement le degré et la durée de la douleur.

  1.  Si vous ressentez une douleur importante, un gonflement conséquent et que la zone touchée est de couleur bleuâtre, ou l'un de ces symptômes, consultez immédiatement un médecin. Soyez prudent, en particulier en cas de traumatisme au niveau du poignet ou de la cheville : ces parties du corps sont plutôt fragiles et sujettes aux fractures.
  2. Pour réduire le gonflement et soulager la douleur, appliquez un sac de glace artificielle ou une compresse froide sur la zone lésée. En l'absence de moyens adéquats, vous pouvez remplir un sac en plastique avec des glaçons et l'envelopper dans une serviette propre, ou utiliser un sac de congélation. Ce qui importe, c'est que la glace ne soit pas posée directement au contact de la peau, sans quoi une lésion due au gel s'ajoutera à la foulure ou à l'élongation. Maintenez la compresse en place pendant vingt minutes, puis attendez dix minutes avant de l'appliquer à nouveau.
  3. Relevez le plus possible la partie touchée afin qu'elle soit placée plus haut que le cœur. Cela permet au sang de refluer de l'endroit du traumatisme et de réduire le gonflement.
  4. Gardez cette partie surélevée et continuez les applications froides pendant un ou deux jours après le traumatisme, puis alternez les applications chaudes et froides. À ce stade, il n'est plus nécessaire d'utiliser des compresses froides avec la même fréquence que pendant l'heure et demi qui a suivi le traumatisme, mais de temps en temps en fonction des besoins. Si après un ou deux jours, le gonflement ne s'est pas réduit de façon significative, consultez un médecin.

Traitement

Il est peut-être difficile d'imaginer que le régime alimentaire peut jouer un rôle important dans le processus de guérison d'un traumatisme, mais les choix nutritionnels appropriés durant les semaines suivant une foulure ou une élongation peuvent accélérer la récupération et réduire la douleur.

Aliments recommandés :

Pour reconstituer des muscles et des ligaments forts et résistants, il est important de manger des protéines maigres. Pour ce faire, il est conseillé de consommer des quantités raisonnables de poulet, de dinde et de poisson de bonne qualité, et d'intégrer des haricots au repas.

   Les traumatismes et les lésions peuvent conduire à la formation de radicaux libres, c'est-à-dire de molécules instables jugées responsables de nombreux maux. Vous pouvez combattre les radicaux libres avec des antioxydants présents dans les fruits et les légumes de couleur prononcée.

   La vitamine C aidant à réduire le gonflement et à réparer les tissus, il est recommandé de consommer des agrumes en tant que dessert léger.

Techniques de recherche

Les examens suivants permettent de déterminer les causes possibles d'une récupération lente suite à une foulure ou une élongation :

  • Perméabilité intestinale - analyse d'urine
  • Test de la fonction hépatique - analyse d'urine
  • Analyse des vitamines et des minéraux (en particulier le magnésium, la vitamine C, le fer) - test sanguin

Aliments à éviter

   Comme vous êtes obligé de rester à la maison à la suite d'une foulure ou d'une élongation, une telle situation peut facilement déprimer, mais il faut résister à la tentation de se consoler en mangeant des aliments malsains : plats cuisinés, pré-emballés, fritures et aliments avec une teneur élevée en sel ne peuvent qu'aggraver l'inflammation et le gonflement.

 

Certaines études en double aveugle ont démontré que les enzymes protéolytiques telles que la broméline, la papaïne, la trypsine et la chymotrypsine, accélèrent la guérison des traumatismes et des lésions dues au sport.

Sept prescriptions fondamentales - Foulures et élongations

Broméline

Prendre 500 mg trois fois par jour entre les repas. Il est recommandé d'utiliser un produit standardisé titré à 2 000 MCU/1 000 mg ou 1 200 GDU/1 000 mg. La broméline exerce un effet anti-inflammatoire naturel, et les produits à base d'enzymes protéolytiques (chymotrypsine, trypsine, protéase de dérivé fongique) ont eux aussi les mêmes résultats positifs.

Méthylsulfonylméthane (MSM)

Prendre 1 000 mg trois à quatre fois par jour. Ce complément alimentaire a un effet anti-inflammatoire puissant et c'est une source naturelle de soufre, qui favorise la bonne santé des tendons et des ligaments.

Vitamine C

Prendre 1 000 mg deux à trois fois par jour. La vitamine C est nécessaire à la formation du tissu conjonctif et possède des propriétés anti-inflammatoires.

Dimethyl sulfoxide (DMSO)

Consultez votre médecin pour une ordonnance de cette substance antalgique à usage topique.

Boswellia (Boswellia serrata)

Prendre 1 200 à 1 500 mg d'extrait standardisé avec une teneur en acides boswelliques égale à 60-65 % trois fois par jour. Cette plante a un puissant effet anti-inflammatoire.

Huile d'arnica (Arnica montana)

Appliquer le mélange sur la partie lésée deux fois par jour. Cette huile d'extraction végétale réduit la douleur, les ecchymoses et le gonflement. Ne pas appliquer sur une peau éraflée.

Acides gras essentiels

Prendre 1 à 2 cuillères à soupe d'huile de lin ou 5 g d'huile de poisson par jour. En variante, procurez-vous une formule composite d'acides gras oméga-3, 6 et 9. Les acides gras essentiels réduisent l'inflammation et favorisent la réparation des tissus.

Références bibliographiques

Blonstein, J. L., «Oral enzyme tablets in the treatment of boxing injuries», Practitioner, n° 198, 1967, p. 547 Buck, J. E., Phillips, N., «Trial of Chymoral in professional footballers», British Journal of Clinical Practice, n° 24, 1970, p. 375-377

Deitrick, R. E., «Oral proteolytic enzymes in the treatment of athletic injuries: A double-blind study», Pennsylvania Mediacl Journal, 1965, p. 35-37

Holt, H. T., «Carica papaya as ancillary therapy for athletic injuries», Current Therapeutics Research, n° 11, 1969, p. 621-624

Rathgeber, W. F., «The use of proteolytic enzymes (Chymoral) in sporting injuries», South African Medical Journal, n° 45, 1971, p. 181-183

Tsomides, J., Goldberg, R. I., «Controlled evaluation of oral chymotrypsin-trypsin treatment of injuries to the head and face», linical Medicine, n° 76(11), 1969, p. 40

Articles suggérés:

Ce que vous devez savoir pour réduire les risques des accidents

Précisons d'emblée que la prévention ne signifie pas l'évitement total des risques d'accidents, mais plutôt une diminution de leur… en lire plus

Comment renforcer vos avant-bras et votre prise

Le groupe musculaire le plus visible est sans aucun doute celui de l'avant-bras: il est essentiel d'avoir une prise forte pour effectuer… en lire plus

P.H.A.T: Power Training Hypertrophie Adaptive

Le P.H.A.T est une méthodologie de formation conçu, développé et pratiqué par Layne Norton. Cette méthode consiste en une combinaison des méthodes… en lire plus