Supplémentation Protéines

Comment reconnaître la qualité et la pureté d'un complément protéiné?

Comment reconnaître la qualité et la pureté d'un complément protéiné?

par in Supplémentation - Protéines

dernière modification: 10/05/2018

  français change italiano english français deutsch español


De nos jours, il est de plus en plus difficile de faire des choix éclairés concernant les compléments protéinés. Nous nous retrouvons souvent en pleine confusion en raison du langage technique utilisé dans les étiquettes. Dans d'autres cas, nous sommes attirés par un emballage attrayant qui cache souvent un produit médiocre qui ne tient pas ses promesses.
Dans cet article, nous aborderons les principales caractéristiques d'un complément protéiné de haute qualité. Nous vous donnerons aussi quelques conseils pour éviter les produits suspects.

Comment reconnaître la qualité et la pureté d'un complément protéiné ?

De nos jours, il est de plus en plus difficile de faire des choix éclairés concernant les compléments protéinés. Nous nous retrouvons souvent en pleine confusion en raison du langage technique utilisé dans les étiquettes. Dans d’autres cas, nous sommes attirés par un emballage attrayant qui cache souvent un produit médiocre qui ne tient pas ses promesses.
Dans cet article, nous aborderons les principales caractéristiques d’un complément protéiné de haute qualité. Nous vous donnerons aussi quelques conseils pour éviter les produits suspects.

Reconnaître la teneur protéique d'une protéine en analysant ses ingrédients et sa couleur.

Dans la jungle des compléments, nous rencontrons souvent des produits protéinés avec de nombreuses couleurs, formules et logos différents qui nous permettent de comprendre la qualité d’un produit. Chaque fabricant vante la qualité de ses produits sur différentes bases, telles que l’affichage de logos affichant de façon très claire les matières première, la solubilité ou le goût. Mais est-ce vraiment comme ça ?

Les ingrédients

Il est important de lire attentivement les ingrédients figurant dans le tableau nutritionnel, car il est souvent possible de savoir si le produit est réellement composé uniquement de protéines ou d'autres éléments indésirables. Nous supposons que ceux qui achètent un complément protéinés ont besoin d’un produit répondant à certaines exigences et normes de qualité. L'analyse de la valeur biologique (VB) et le score chimique (IPC) d'une protéine ne sont que quelques paramètres qui peuvent nous indiquer si la protéine achetée respecte ou non certaines normes.

L'ordre est important ...

En lisant les ingrédients, le premier ingrédient actif est l'élément le plus présent dans le produit. Si la mention protéines de lactosérum concentrées (WPC) est présente, nous nous trouvons face à une protéine contenant jusqu'à 70-80 % de protéines avec des quantités réduites de lactose et de graisses. Beaucoup de gens ont l'impression qu'un WPC est intrinsèquement inférieur à un isolat. C’est tout simplement FAUX. Bien que les WPC contiennent moins de protéines qu'un isolat, un WPC de haute qualité contient toutes sortes de composés intéressants qui ne se trouvent pas dans les isolats.

Facteurs de croissance et avantages/inconvénients des WPC

Les bons concentrés contiennent des niveaux beaucoup plus élevés de facteurs de croissance, tels que l'IGF-1, le TGF-1 et le TGF-2. Ils contiennent des taux beaucoup plus élevés de divers phospholipides et divers lipides bioactifs, tels que l’acide linoléique conjugué (CLA), et contiennent souvent des taux plus élevés d’immunoglobulines et de lactoferrine.
Les inconvénients des WPC sont qu’ils ont une teneur en protéines légèrement inférieure à celle d’un isolat et qu’ils contiennent des taux de graisse plus élevés (bien que ces graisses puissent avoir des effets bénéfiques) et des taux de lactose plus élevés.
Les gens ne devraient pas avoir l’impression qu’un WPC bien fabriqué est intrinsèquement inférieur à un isolat protéique de lactosérum (WPI) et peut même constituer un choix supérieur, en fonction des objectifs de la personne.

Protéines de lactosérum isolées

La mention protéines de lactosérum (WPI) indique qu'il s'agit d'une protéine contenant généralement jusqu'à 90 % de protéines Les WPI contiennent 90 % de protéines avec un minimum de lactose et pratiquement zéro graisses. L'avantage d'un bon WPI est qu'il contient plus de protéines et moins de matières grasses, de lactose et de cendres par rapport aux WPC. Toutefois, le lecteur devrait comprendre que le lactosérum est beaucoup plus compliqué que le simple contenu protéique, et que le contenu protéique lui-même est loin d’être le facteur le plus important pour décider du lactosérum à utiliser.

L'échange ionique

Par exemple, l'échange ionique a les niveaux de protéines les plus élevés de tous les isolats. Est-ce que cela en fait le meilleur choix pour un isolat ? Non, mais beaucoup d'entreprises le voient toujours comme le Saint Graal du lactosérum.
L'échange ionique s'effectue en prenant un concentré et en le faisant passer dans une colonne dite « échangeuse d'ions » pour obtenir un « isolat de lactosérum d'échange ionique ». Cela a l'air bien, mais cette méthode présente de sérieux inconvénients.
Comme mentionné précédemment, les protéines de lactosérum sont des protéines complexes composées de nombreux peptides à sous-fraction qui ont des effets uniques sur la santé, l'immunité, etc. Certaines de ces sous-fractions ne se trouvent qu’en très petites quantités. En vérité, ce sont les sous-fractions qui font finalement du lactosérum la seule protéine qu’il soit. En raison de la nature du processus d'échange d'ions, les composants les plus précieux et les plus utiles pour la santé sont sélectivement épuisés. Bien que la teneur en protéines ait augmenté, bon nombre des sous-fractions les plus importantes sont perdues ou considérablement réduites.
C’est ce qui fait des isolats échangeurs d’ions un mauvais choix pour un véritable supplément de protéines de lactosérum de troisième génération, bien que de nombreuses entreprises l’utilisent encore comme source isolée en raison de leur teneur plus élevée en protéines.

Un peu de terminologie

Cela nous accompagne agréablement dans la recherche des isolats de lactosérum microfiltrés. Avec la gamme des techniques de traitement les plus récentes utilisées pour réaliser le WPI - ou extraire diverses sous-fractions - telles que la filtration croisée (CFM ), ultra-filtrante(UF), la microfiltration (MF), l'osmose inverse (RO), la filtration à membrane dynamique (DMF) ), la chromatographie par échange d’ions (CEI), l’électro-ultrafiltration (UE), la chromatographie en flux radial(RFC) et la nano-filtration (NF), les fabricants peuvent désormais produire des protéines de lactosérum de la plus haute qualité et uniques.


Le CFM est la méthode de traitement qui utilise des techniques de microfiltration à basse température qui permettent la production de très haute teneur en protéines (90 %), la préservation d'importantes sous-fractions et une teneur extrêmement faible en matières grasses et en lactose, pratiquement sans protéines non dénaturées.


Le CFM est un processus naturel, non chimique, qui utilise des filtres en céramique de haute technologie, contrairement à l'échange d'ions, qui implique l'utilisation de régimes chimiques tels que l'acide chlorhydrique et l'hydroxyde de sodium.


L'isolat de lactosérum CFM contient également de grandes quantités de calcium et de faibles quantités de sodium.

Protéines de lactosérum hydrolysées

Si nous lisons « hydrolysé » (WPH), cela signifie fondamentalement que la protéine a été « décomposée » partiellement en peptides de différentes longueurs.
Comme la protéine est déjà partiellement « décomposée », elle est absorbée plus rapidement, ce qui peut avoir des effets positifs dans certaines circonstances, dans certaines conditions métaboliques.


Il est important de savoir interpréter si l'hydrolysat est concentré ou isolé. Dans le premier cas, si nous lisons parmi les ingrédients « protéines de lactosérum hydrolysées », nous nous trouverons face à une protéine dont la teneur protéique ne dépasse pas 80 %, tandis que dans le second cas, si nous lisons « protéines de lactosérum isolées hydrolysées », nous serons face à une protéine avec une teneur en protéines proche de 90 % et une teneur en glucides et lipides presque nulle.

Ce qui modifie la teneur en protéines

La teneur en protéines peut être modifiée si, parmi les ingrédients, on trouve des acides aminés sous forme libre tels que : la glycine, l'alanine, la lysine, l'acide glutamique, la leucine, l'isoleucine, la valine.

Bien qu'à première vue, le lecteur puisse avoir l'avantage de posséder des acides aminés de forme libre dans un produit protéiné, il est important de noter que ces acides aminés n'ont aucune fonction dans un produit purement protéique ayant une fonction plastique.
Au contraire, ils modifient la valeur biologique (VB) et le score chimique (IPC) de la protéine elle-même.
Si vous souhaitez acheter une protéine de qualité pure, il est important de ne pas inclure d’acides aminés libres dans les ingrédients.


Les acides aminés sous forme libre peuvent être achetés dans des produits conçus à d'autres fins.
L'importance de la couleur dans une poudre protéinée
Un autre élément permettant d'évaluer la teneur en protéines d'un produit consiste à analyser la couleur de la poudre protéinée aromatisée. Souvent, une protéine savoureuse est confuse, bonne et soluble dans la qualité. Nous voulons nous rappeler que même le sucre est soluble. Et souvent, l'ajout de maltodextrines parmi les ingrédients en est un exemple.

Et une protéine fortement aromatisée réduira considérablement le pourcentage protéiné du produit.
Ceux qui achètent un complément protéiné doivent s'attendre à un produit pur, non altéré par les acides aminés sous forme libre et peu aromatisée. Ces éléments ne feront que modifier la qualité du produit lui-même.

Effets secondaires possibles des arômes

Avez-vous déjà pensé qu'à certaines heures de la journée, souvent après le shaker à protéines, vous ressentiez une sensation de « gonflement abdominal » ? Les causes sont dans la plupart des cas dues à une consommation élevée d'arômes que le corps ne tolère pas.

Il convient donc de miser sur des produits faiblement aromatisés, en éliminant en partie la substance « incriminée », on peut assister à une baisse rapide des symptômes.

Par conséquent, les problèmes intestinaux ou digestifs qui peuvent survenir ne sont pas exclusivement imputables à la teneur en lactose.

La rétention d'eau est cette accumulation de fluides qui se produit dans le système circulatoire et dans les tissus. Les aliments riches en sucre, en particulier les édulcorants et les arômes artificiels, provoquent des pics de glycémie rapides et des niveaux d'insuline  qui vont permettre aux cellules de retenir plus de sodium, ce qui augmente la réabsorption rénale et donc la rétention d'eau.

Par conséquent, il existe différentes raisons évidentes de choisir une protéine à faible arôme, voire mieux 100 % naturelle.
Autres éléments indésirables
Sur un marché comme celui des compléments alimentaires destiné à une clientèle beaucoup plus large et pas seulement à celle des sportifs, l’ajout d’éléments tels que l’huile de palme, la maltodextrine, la gomme de xanthane, le carraghénane ou les protéines du lait rendra la protéine plus savoureuse, mais perdra complètement cette fonction de complément alimentaire ou destiné aux sportifs.

Par conséquent, si vous lisez que l’huile de palme, la maltodextrine, la gomme de xanthane, le carraghénane ou les protéines de lait font partie des ingrédients (à ne pas confondre avec le lactosérum), nous avons affaire à un produit qui peut vous donner des plaisirs forts en bouche, mais pas d’un point de vue des performances physiques et diététiques.

Articles suggérés:

Combien de protéines ai-je besoin? Calcul des besoins en protéines

La quantité de protéines quotidienne recommandée varie en fonction de facteurs tels que le type de protéines consommé, notre masse corporelle… en lire plus

Les caséines hydrolysées et leurs particularités

Les caséines hydrolysées sont le nec plus ultra dans le domaine des protéines. Obtenues par un procédé, dit hydrolysation, qui n'est rien de… en lire plus